CULTURE

images

La culture comme point de ralliement.

Motivés à la fois par les souvenirs des gloires des générations antérieurs qui aujourd’hui sont surtout des légendes, mais aussi par cette fierté de ne pas abandonner ses attributs à l’autel des remises en question et pseudo formalismes, le peuple mobilisé dans une solidarité entretient aujourd’hui l’histoire du royaume mais aussi les richesses du patrimoine en vivant le présent sans oublier le passé.

Le développement les journées culturelles dénommées MSEM TODJOM est une célébration du progrès qu’a apporté ces mutation quelques fois troubles qu’a connu Bandjoun au tournant du siècle. l’instauration des journées culturelles remontent au règne du 14ème Roi des Bandjoun, le Chef Ngniè Kamga, arrivé au trône en 1984, le roi comprenait le besoin de son peuple de s’affirmer par sa culture et son caractère distinct, accepta la proposition d’un de ses notables, à l’occurrence monsieur Tuekam Sylvain, conseiller municipal à Bandjoun. C’est ainsi que le Roi Ngnié adopta la dénomination MSEM TODJOM et proclama l’événement comme étant les Journées culturelles et économiques de Bandjoun.

Le Grassland, auquel appartient Bandjoun, est peuplé depuis 2500 ans. Au cours d’une longue période obscure qui s’acheva au XIVe siècle, furent élaborées les institutions de base de cette partie du Cameroun. C’est à partir du XIVe siècle après Jésus-Christ, peut-être même avant, que se développa la civilisation des « rois-chasseurs », marquée par la fondation de la plupart des royaumes (certains apparaîtront aux XVIIe et XVIIIe siècles comme Bandjoun). L’histoire et les mythes concernant la fondation de ces royaumes font intervenir la lutte pour l’obtention des parures et attributs du pouvoir. Ainsi, c’est en s’emparant du mystérieux bracelet rituel du chef Foadibu que le prince chasseur immigrant Notuégom devint roi et créa Bandjoun.